Comment reconnaitre un bon miel ?

Les Français sont de gros consommateurs de miel (45 000 tonnes / an). Pour une fois, un excès bénéfique, vu les nombreuses vertus médicinales du miel. Sans oublier le plaisir qu’il apporte à nos plats et à nos pâtisseries. Mais, tous les miels ne se valent pas. Alors, comment reconnaitre un bon miel.


Le miel ? Nous sommes nombreux à consommer le miel, mais peu connaissent sa vraie composition. Cette substance au gout sucré nous est soigneusement préparée par nos amies les abeilles. Le miel est un produit naturel riche non seulement en fructose, mais aussi en antioxydants et en nutriments.

Le miel : une question de qualité Malheureusement, tous les miels consommés par les Français ne sont pas des produits locaux, puisque la production locale ne couvre pas toute la quantité nécessaire au marché français : nos apiculteurs fournissent un peu plus de la moitié de la quantité demandée. D’où la nécessité d’importer des miels, notamment du continent asiatique. C’est alors qu’augmente le risque de tomber sur des produits à mélanges frauduleux. Ils sont faits à partir de glucose, sirop et eau ou encore de la gélatine ! Comment faire alors pour détecter le vrai miel du faux miel ?

Vrai ou faux miel : des indices révélateurs

Voici quelques indices pour aider les consommateurs non experts en apiculture, à distinguer le vrai miel du faux.

La cristallisation La cristallisation est un phénomène naturel qui se produit entre 6 et 12 mois, à compter du jour de la récolte. C’est une affaire de miellat et de nectar, et c’est un processus qui ne nuit en rien à la qualité du miel. Toutefois, même les produits frauduleux peuvent cristalliser, sauf que le nectar, produit naturel, cristallise de manière uniforme. Alors qu’avec la contrefaçon, la cristallisation est partielle.

La couleur du miel Tous les miels n’ont pas la même couleur, parce que les fleurs butinées par les abeilles ont des couleurs différentes. Une particularité que les fraudeurs imitent en utilisant des colorants industriels. Comment faire alors ? Cherchez l’intrus ! Effectivement, voyez s’il y a des impuretés dans la substance sirupeuse : si vous en trouvez, c’est du bon miel. En fait, ces impuretés proviennent du pollen, de la cire d’abeille et de la propolis. Un détail que vous ne trouverez pas dans les produits artificiels.

Astuces

L’eau froide : déposez une cuillère de miel dans un verre d’eau froide, ne le mélangez pas. Si la substance tombe rapidement au fond, sans même se diluer, le miel est authentique. Le torchon blanc : il sera forcément taché par les colorants alimentaires intégrés au faux miel. Mettez-y du miel et rincez-le. Le papier essuie-tout : la feuille de papier absorbe rapidement le faux miel, vu sa forte teneur en eau, alors que le vrai reste en surface. Et pour finir, vérifiez… - la mention « Miel récolté et mis en pot par l’apiculteur ». - la DLUO (Date Limite d’Utilisation Optimale) : pas plus de 2 ans depuis la mise en pot. - l’origine du miel : préférez les produits français.



Apiculture.net


8 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout